J7 au Flourou

Pour notre dernière nuit de la semaine, on a fait fort ! Diner autour du feu, puis nuit en bivouac ! A notre arrivée, chacun part chercher du bois pour faire le feu. Pendant ce temps-là, certains commencent à préparer le repas : polenta sur feu de bois, hummmm ! Et si on vous dit que notre équipe de cuisiniers avait prévu du bœuf bourguignon pour l’accompagner, vous nous croyez ? On a vraiment été chouchoutés !!!

.

.

Avant qu’il fasse trop sombre, on teste notre installation pour la nuit. A l’AOPA rien n’est impossible, mais on a quand même pris quelques précautions pour résister à l’humidité et aux potentielles gouttes de pluie… Des bâches au-dessus, en-dessous, nos sacs de couchage, les couettes du gite, et on se serre tous les uns contre les autres : ça devrait aller !

.

.

Il est temps de se restaurer, tous ensemble autour du feu. On rit, on chante, on s’essaie aux danses folkloriques… Des moments magiques, comme à chaque fois, sans oublier les traditionnels chamallows grillés !

.

.

En plus, ce soir c’est l’anniversaire de Cécilia ! Elle fête ses 20 ans avec nous, une grande étape que nous sommes heureux de partager avec elle. Pour l’occasion, nous lui avons préparé un cadre photo qui retrace ses cinq derniers anniversaires avec nous. C’est drôle de constater comme certains ont grandi depuis ! Portée par les copains, elle se lance dans un discours de remerciement, sans préparation. Bravo Cécilia !!!!

.

.

Allez, il est temps d’aller se coucher… Tout le monde se glisse dans son sac de couchage et Christophe nous raconte les étoiles pendant que nous nous endormons. Ceux qui entendent la fin de l’histoire sont peu nombreux !

.

.

Le lendemain, on se réveille au son des crépitements du feu. Eh oui, Fabrine, qui était debout avant tout le monde, en a profité pour le raviver ! Le petit déjeuner nous attend, puis il est temps de se préparer pour un grand jeu qui clôture la semaine. Nous nous répartissons en quatre groupes, avec des ateliers au cours desquels nous inventons l’histoire du Flourou ainsi qu’une chanson retraçant nos aventures. La restitution devant le reste du groupe est vraiment très sympa. C’est l’histoire d’un opticien roux, qui rencontre une bergère, avec un oignon… Bref, je m’égare !

.

.

Au moment de repartir, les AOPiens lancent en chœur un « hip hip hip hourra » pour Maxime, le directeur du séjour, ainsi que pour chaque bénévole, un à un, et à chaque nom cité, ils courent tous dans sa direction pour un énorme câlin collectif. C’est chouette, des jeunes qui ont apprécié chaque moment de cette parenthèse qui leur a été offerte et qui pensent à remercier ceux qui les ont accompagnés toute la semaine ! Peut-être était-ce la poussière, ou les cendres qui volaient, ou encore la crème solaire (n’est-ce pas Valérie ?), mais tout d’un coup beaucoup d’yeux sont devenus humides… C’est ça la magie de l’AOPA !

.

.

Nous rentrons ensuite au gite pour déjeuner et, là encore, les jeunes prennent le temps de remercier l’équipe du Flourou. Nous leur offrons un cadre avec le t-shirt de l’AOPA que chacun a signé, ainsi qu’un torchon dédicacé et des cuillères customisées. Avec ça, c’est sûr, ils ne nous oublieront pas !

.

.

Il est temps de finir les valises, de les charger dans le car et de prendre le départ. Et ils sont encore là, Pierre, Anne, Clémence, Antoine, Agnès… Ils ont attendu deux heures après avoir fini leur journée ou sont revenus sur leur jour de congé, pour être là et nous dire au-revoir !

.

.

Il ne manquait que Christophe, qui a dû nous quitter un peu plus tôt dans la journée, mais qui nous envoie un texte très touchant pour nous dire à quel point il a apprécié ces moments partagés avec nous. On vous le partage…

.

Salut les aopiens, « activateurs d’énergie des cœurs  » !
Je vous ai loupé pour la bise-câlin du départ (j’avais ma polaire spéciale câlin !)
J’ai pu charger les câlins et les émotions sur les qqs uns présents au moment de mon départ : Charlize, Margot, Clément, Arthur,…
Faudra bien se recroiser pour compléter avec les autres

Un petit mot pour tous :
MERCI, merci, merci !
Vous êtes des belles personnes et vous me faites du bien !
Quelle belle énergie du coeur vous diffusez !
Gardez cette manière d’être : cette bienveillance et cette solidarité avec les autres, cette envie de relever les défis, cette manière de goûter l’instant,…c’est un capital tellement fondamental et fort pour vos prochaines années !
Vous êtes vraiment des beaux enfants et ados !
Beaucoup de jeunes de vos âges pourraient venir faire des stages avec vous pour apprendre !
Merci encore pour ces « chocs émotionnels intenses » de cette semaine
Bonne route et à bientôt
Christophe